Accueil > Environnement > Polluants > Transhumanisme > Lettre à Yuval Noah Harari

Lettre à Yuval Noah Harari

mercredi 1er janvier 2020, par Puissance Plume

le 1er janvier 2020

Lettre à Yuval Noah Harari

Frédéric Boutet,

Bonjour,

J’ai lu « 21 leçons pour le XXIè siècle ». Je voudrais vous faire quelques remarques.

Vous utilisez le mot « récit » pour décrire l’ensemble des choses qui façonnent l’esprit humain. Vous dites que l’humain se construit avec des « récits » et vous posez le constat que les médias façonnent l’esprit des gens. Pour cela, vous citez de nombreux exemples, comme le récit des autorités russes lors de l’invasion de la Crimée par des troupes sans uniformes, comme le récit des autorités japonaises lors de l’invasion de la Chine. Je note la partialité de vos exemples, que vous assumerez sans doute. Vous ne parlez pas du récit de l’entrée en guerre des U.S.A. en 1916[PRO]. En terme de manipulation des masses par la propagande, je ne sais pas si on a fait plus démonstratif ? Vous ne parlez pas également du récit de 1945 qui fonde notre civilisation d’aujourd’hui : Auschwitz-Birkenau est un crime contre l’humanité, Hiroshima serait un acte libérateur. Je pense que Hiroshima et Nagasaki sont des crimes contre l’humanité. Je vous invite à lire à ce sujet la minutieuse enquête de J.-M. Royer « Le monde comme projet Manhattan »[JMR].

Vous citez « Le meilleur des mondes » d’Huxley dans lequel celui qui souhaite garder sa condition humaine (souffrir) finit par se pendre, vous ne citez pas « Farenheit 451 » de Bradbury dans lequel le héros fuit la ville où l’on brûle les livres et trouve une communauté en dehors où chaque membre a appris un livre par coeur.

Vu la partialité de vos exemples, par le choix des récits, votre livre m’apparaît comme une tentative de manipulation des lecteurs. Mais sans doute en avez-vous parfaitement conscience et l’assumez-vous ?

Dans quel but donc (tenter de) nous manipuler ?
La zootechnie est la science de la fin du XIXè siècle qui considère un animal comme une fonction entrée-sortie, un élément productif. Ce que l’on fait aux animaux, on le fera aux humains. C’est le combat que vous menez frénétiquement : maintenant, l’esprit humain est une fonction entrée-sortie que la science peut recréer artificiellement. C’est vrai, c’est possible. Le trio (science, capital et état-nation) peuvent faire exploser des bombes atomiques. C’est possible. La question est : est-ce réellement intéressant ?

On sait fabriquer des perles de synthèse. Et pourtant, les perles fabriquées par les huîtres sont bien plus chères. Pourquoi ? Parce que même si la science est capable, notre lien au vivant est plus fort qu’elle[GOL]. On préférera toujours l’authentique à la (pale) copie numérique. Les enfants des dirigeants des entreprises de la Silicon Valley vont dans des écoles sans écrans. Est-ce que la trajectoire hystérique du trio (science, capital et état-nation ) améliore la vie des gens ? En partie. Ça dépend desquels gens en fait. Et même... Dans tous les cas, le résultat final est la pollution généralisée du milieu, l’infertilité, la disparition des terres libres et du temps libre. Ce n’est qu’un problème de liberté entre humains. La liberté de polluer, celle de ne pas être pollué.

Votre livre invite à lever des impôts pour fabriquer une (pale) copie numérique du monde réel. Vous ne pouvez ignorer que grâce à cette copie, une nouvelle race de seigneurs – les humains dotés de capacités de calcul des ordinateurs – régnera sur le monde réel. Vous ne pouvez pas ignorer que ce projet est eugéniste et transhumaniste, il poursuit le monde totalitaire issu de la guerre totale, s’appuyant sur le distingo entre races inférieures et races supérieures. Et vous cherchez à faire accepter par le choix méticuleux de vos récits ?

J’ai la chance moi aussi d’avoir médité selon l’enseignement de S.N. Goenka. Je ne me sers pas de cet enseignement pour améliorer les recherches en (pale) copie numérique du monde réel (remarquez je n’accepte pas le terme « intelligence artificielle » : ça ne veut rien dire).

Ne serait-ce pas le bonheur pour vous, de n’être entourée que d’objets et d’humains artificiels ayant une prévisibilité comportementale de 100% sauf bug résiduel ? Alors pour accomplir ce rêve, je pourrais vous suggérer d’aller sur mars. Là-bas, tout y est déjà artificiel. Rien de vivant et spontané ne viendra vous déranger, surtout pas des « écolos ».

Je sais très bien que je ne vous changerai pas, que vous n’irez pas sur Mars parce que vous êtes bien trop attaché à votre vie sur Terre et que vous allez continuer dans votre croyance que c’est intéressant de fabriquer une (pale) copie numérique du monde réel. Je crois en ce que disait Dennis Meadows en 1972 : « nous n’avons pas mis fin à la croissance, la nature va s’en charger ».

Enfin, vous semblez être intéressé par la philosophie, vous gagneriez à lire les trois essais de Bernard Charbonneau qu’il a consacré au thème de la liberté :
• « l’Etat » écrit en 1947, publié en 1988 aujourd’hui épuisé, en réédition prochaine.
• « Je fus » écrit vers 1950, publié en 2000 Editions Opales
• « Quatre témoins de la liberté (Montaigne, Rousseau, Berdiaeff, Dostoïevski) », RN Editions 2018

Avec mes salutations respectueuses.

[PRO] Film « Propaganda ; la fabrique du consentement » ARTE TV https://www.dailymotion.com/video/x6kqf6i
[JMR] Jean-Marc Royer « Le monde comme projet Manhattan » Editions Le Passager Clandestin 2017
[GOL] Teddy Goldsmith « Le tao de l’écologie ; une vision écologique du monde » Le Rocher, 2002 ; en anglais : The Way : an ecological world view (Rider 1992 ; Revised Edition, Green Books 1996)

PDF - 42.1 ko
Lettre à Y.N. Harari (version PDF)

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0